Afternoon tea

Assoiffé d’évasion mais découragé de vos restrictions alimentaires ? Voici le récit d’un voyage entre amies en Angleterre qui, je l’espère, vous convaincra qu’être cœliaque est loin d’être suffisant pour s’empêcher de voyager !

Je n’invente rien ici, maladie cœliaque (ou toute autre allergie ou intolérance) rime avec complexité dès qu’on sort de chez soi. Depuis mon diagnostic il y a un peu plus de trois ans, une fois le cadre de porte franchi, un petit cookie au quinoa ou une pomme m’attend toujours dans mon sac, juste au cas. Si « madame » cœliaque est arrivée tout récemment dans votre vie, peut-être ce genre de réflexe n’est-il pas encore aiguisé. Ne vous inquiétez pas, ça viendra. Et heureusement, la vie sans gluten au Québec et ailleurs est de plus en plus facile. Bien sûr, avec cette restriction alimentaire viennent pas mal de soucis, et beaucoup de préparation. Suffisant pour s’empêcher de voyager ? Absolument pas, vous dis-je ! Sans être facile, sortir de chez soi et manger sans gluten de façon sécuritaire n’est pas sorcier. Il suffit de quelques trucs, de motivation, de planification et parfois d’un peu d’imagination…
À l’été 2017, je me suis baladée en Angleterre et en France pendant quatre semaines, après quoi j’ai concocté pour vous ce petit article « rescousse » sur la partie britannique du voyage pour que votre maladie cœliaque ou celle d’un de vos proches ne rime pas avec jeûne ou barre protéinée – ou du moins, pas souvent!

Julie Grégoire, étudiante en médecine de 23 ans, Québec

Article paru dans le magazine Info Coeliaque Hiver 2017 - Vol 34 N° 3

 

Je suis membre FQMC. Pour avoir accès au contenu, connectez-vous.
Je ne suis pas membre FQMC. Pour devenir membre et avoir accès du contenu exclusif, inscrivez-vous.