Magazine Info Coeliaque

Amélie Therrien

Amélie TherrienAyant grandi avec la maladie coeliaque, Amélie Therrien a choisi de devenir gastroentérologue. Rencontre avec une membre du comité scientifique de la FQMC qui cherche à percer les mystères de cette maladie pour mieux accompagner les personnes qui en sont atteintes.

Contrairement à plusieurs, il n’y a pas eu d’«avant / après» pour Amélie Therrien. «En fait, je ne me rappelle pas avoir été malade», lance la jeune femme rejointe par téléphone à Boston où elle poursuit un fellowship, soit des études supérieures en recherche.

S’il en est ainsi, c’est que le verdict est tombé alors qu’elle n’avait que 18 mois...

Par Clémence Risler
Article paru dans le magazine Info Coeliaque Printemps-Été 2019 Vol 36 N° 1

Je suis membre FQMC. Pour avoir accès au contenu, connectez-vous.
Je ne suis pas membre FQMC. Pour devenir membre et avoir accès du contenu exclusif, inscrivez-vous.
Nouveau Guide alimentaire canadien

La sortie du nouveau Guide alimentaire canadien a récemment enflammé les médias ! Fait cocasse : plusieurs recommandations semblent s’inspirer du guide alimentaire brésilien, que la FQMC présentait déjà à ses membres en 2015 afin d’en proposer une adaptation SANS GLUTEN. Voici quelques éléments clés en matière d’alimentation saine, que partagent la FQMC et le nouveau guide !

Toujours plus de variété !

Tout comme le fait la FQMC, le nouveau Guide alimentaire canadien met de l’avant les aliments de haute valeur nutritive1, ainsi que la variété. Exit les portions : les groupes alimentaires sont désormais présentés sous forme d’une assiette imagée qui peut facilement s’adapter à l’alimentation sans gluten. Depuis quelques années, cette image est d’ailleurs proposée comme outil dans la trousse remise aux membres lors de leur adhésion :
  • En vedette : les fruits et les légumes occupent la moitié de l’assiette. À choisir de toutes les couleurs ( vert foncé, orange, mauve, etc. ) ;
  • Un quart de l’assiette : les grains entiers. Le quinoa2, le sarrasin2, le millet2, l’amarante2, et le riz brun2 sont des exemples nutritifs sans gluten ;
  • L’autre quart de l’assiette : les aliments protéinés. Plusieurs options s’offrent à ceux qui doivent manger sans gluten : légumineuses2, noix2, graines2, tofu2, boissons de soya enrichies2, poisson, crustacés, œufs, volaille, viandes rouges maigres, produits laitiers à faible teneur en gras.

Par Marie-Eve Deschênes, Dt.P. nutritionniste
Paru dans le magazine Info Coeliaque Printemps-Été 2019, Vol 36 N°1

 

Je suis membre FQMC. Pour avoir accès au contenu, connectez-vous.
Je ne suis pas membre FQMC. Pour devenir membre et avoir accès du contenu exclusif, inscrivez-vous.
Dame à l'épicerie regardant son téléphone
Décidés à apporter des changements aux habitudes alimentaires à la suite d’un diagnostic, plusieurs se tournent vers les listes de produits, comme celles qui se retrouvent sur Internet ou qui circulent entre personnes bien intentionnées. Si de telles listes peuvent comporter de bonnes pistes, elles renferment toutefois beaucoup d’informations désuètes pouvant compromettre la santé des gens. C’est pourquoi la FQMC désire mettre en garde ses membres à propos des listes de produits dits «sans gluten»Il est impossible de savoir si un produit sans gluten un jour le sera toujours.
Par Marie-Eve Deschênes, Dt.P., nutritionniste
Article paru dans le magazine Info Coeliaque Printemps-Été 2019 Vol 36 N°1

Je suis membre FQMC. Pour avoir accès au contenu, connectez-vous.
Je ne suis pas membre FQMC. Pour devenir membre et avoir accès du contenu exclusif, inscrivez-vous.
L'autodiagnostic

Qui n’a pas déjà scruté le Web ou questionné son entourage au sujet de ses symptômes pour lesquels il aimerait bien trouver une explication ? En résultent parfois ( trop souvent ! ) les premières étapes menant à l’autodiagnostic.

Cette pratique est naturelle : dès l’apparition de symptômes, on veut leur donner un sens pour orienter nos actions et se sentir mieux. Le problème est que la majorité des autodiagnostics sont faux ! En outre, ils ont le potentiel d’entraîner des effets néfastes majeurs sur la santé, comme retarder le dépistage d’une autre condition médicale, ou une mauvaise prise en charge des symptômes. Malgré tout, la préférence pour l’autodiagnostic persiste, voire augmente. Étonnant? En fait, pas vraiment!

Et vous, quels sont vos trucs pour vous aider à tolérer les émotions ?

Par Marilou Chamberland, doctorante en psychologie, Université du Québec à Trois-Rivières.
Paru dans le magazine Info Coeliaque, Printemps-Été 2019, Vol 36 N°1

 

Je suis membre FQMC. Pour avoir accès au contenu, connectez-vous.
Je ne suis pas membre FQMC. Pour devenir membre et avoir accès du contenu exclusif, inscrivez-vous.
Recherche UQTR

Suivi de la recherche, sous la supervision de la professeure Marie-Pierre Gagnon-Girouard de la Clinique universitaire de services psychologiques de l’Université du Québec à Trois-Rivières ( UQTR )


Entre novembre 2017 et avril 2018, vous avez été sollicités afin de participer au projet de recherche Troubles digestifs et comportements alimentaires. L’objectif premier de l’étude était de développer un questionnaire permettant de dépister la présence de trouble du comportement alimentaire (TCA) auprès de personnes ayant un trouble digestif. Actuellement, peu d’outils permettent d’évaluer adéquatement la présence et le risque de TCA au sein de cette population. Or, considérant que celle-ci est particulièrement à risque de développer un TCA, il est essentiel de combler cette lacune.

Par Marilou Chamberland, doctorante en psychologie, Université du Québec à Trois-Rivières.

Paru dans le magazine Info Coeliaque Printemps-Été 2019, Vol 36 N°1

 

Je suis membre FQMC. Pour avoir accès au contenu, connectez-vous.
Je ne suis pas membre FQMC. Pour devenir membre et avoir accès du contenu exclusif, inscrivez-vous.

Sous-catégories