Mal de ventre - Maladie Coeliaque

Description

La maladie cœliaque est une affection permanente et systémique qui fait partie des maladies auto-immunes complexes, polygéniques et multifactorielles.  Elle est déclenchée par l’ingestion de gluten contenu dans plusieurs céréales telles que le seigle, l’avoine contaminée par le gluten, le blé, l’orge et le triticale, entraînant une destruction d’origine inflammatoire, à divers degrés, du petit intestin. L’absorption de nombreux nutriments comme le fer, le calcium et l'acide folique, est alors compromise.

Cette maladie est maintenant considérée comme le désordre génétique le plus fréquent en Europe et en Amérique du Nord.

Dans quelle mesure la maladie cœliaque est-elle courante ?

Avec une prévalence de 1%, on estime qu’environ 360 000 Canadiens en sont atteints, dont plus de 82 000 Québécois. Et, selon certaines études, 9 personnes sur 10 qui en sont atteintes l’ignoreraient.

La maladie cœliaque touche les personnes de tous âges, les enfants comme les adultes. Environ 20 %-30% des personnes qui souffrent de la maladie cœliaque ont, dans leur parenté, d'autres personnes ayant la même maladie. Par ailleurs, la maladie cœliaque est plus fréquente chez les patients atteints de diabète de type I, de maladies thyroïdiennes auto-immunes, d’arthrite rhumatoïde juvénile ainsi que les  maladies auto-immunes du foie. Le régime sans gluten réduit les risques, pour les personnes atteintes de la maladie cœliaque, de développer d’autres maladies auto-immunes. À la puberté et durant l'adolescence, les symptômes peuvent s’atténuer ou disparaître, mais la maladie n'est pas guérie pour autant et il faut continuer à éviter le gluten.

Les causes

Les causes de la maladie cœliaque ne sont pas encore complètement élucidées. Un dérèglement du système immunitaire associé à une prédisposition génétique semble en favoriser l'apparition. L’exposition de l’intestin au gluten, reconnu comme le principal facteur déclencheur, enclenche un processus immunitaire qui endommage la muqueuse intestinale entraînant ainsi la malabsorption des nutriments. Selon l’état des recherches actuelles, presque toutes les personnes atteintes de la maladie cœliaque possèdent les gènes HLA de type DQ2 ou DQ8, mais d’autres gènes seraient également impliqués.