FAQ

La contamination à répétition, quotidienne, même à l’état de traces, peut causer des problèmes car la muqueuse se détériore progressivement suite à la réaction inflammatoire causée par le contact avec le gluten. La muqueuse n’a pas la possibilité de se régénérer à cause des écarts réguliers. Les complications telles que l’anémie, l’ostéoporose et le cancer du petit intestin sont des exemples de complications potentielles à long terme chez les personnes cœliaques qui ne suivent pas le régime sans gluten de façon stricte. Une contamination accidentelle et non répétée peut entraîner des symptômes digestifs  mais n’a pas de conséquence  grave à long terme (ne réactive pas la maladie).

La grossesse de la femme enceinte et cœliaque qui suit le régime strict sans gluten et dont la maladie cœliaque est bien contrôlée devrait être considérée comme normale. Une alimentation sans gluten équilibrée et variée, distribuée en 3 repas par jour avec des collations devrait permettre de combler les besoins nutritionnels.  Toutefois, une attention particulière doit être accordée à plusieurs nutriments comme l’acide folique, le fer, le calcium, la vitamine D et les omégas-3. La prise de suppléments est la plupart du temps considérée pour compléter une alimentation optimale.  En cas de constipation, une combinaison d’aliments sans gluten riches en fibres, d’un apport suffisant en liquides et de l’activité physique régulière est recommandée.

Un(e) nutritionniste peut aider la femme cœliaque enceinte à s’assurer qu’elle suit le régime sans gluten de façon stricte et qu’elle comble ses besoins nutritionnels pour une grossesse en santé.

Une quantité suffisante de gluten doit avoir été consommée durant une période de quelques semaines à quelques mois AVANT que les tests sanguins et la biopsie ne soient complétés et ce, afin d’éviter des résultats faussement négatifs. Pour plus de détails, consultez votre médecin.

La maltodextrine est habituellement dérivée du maïs, mais peut être dérivée d’autres céréales comme le blé.  Même si elle est dérivée du blé, le processus de transformation et de purification  la rendrait sans gluten détectable par les meilleurs tests disponibles.  Actuellement, les entreprises qui fabriquent des produits contenant de l'orge, de l'avoine, du seigle, du triticale ou du blé, sans qu'ils contiennent pour autant la protéine de gluten, ont la possibilité de les étiqueter à titre de produits sans gluten au Canada. Un produit contenant de la maltodextrine pure dérivée du blé pourrait donc être étiquetée sans gluten. Pour en savoir plus

La mention SANS GLUTEN apposée sur l’étiquette d’un produit alimentaire au Canada est une affirmation volontaire du fabricant que ce produit rencontre les exigences réglementaires canadiennes concernant les allégations sans gluten. Le fabricant a alors la responsabilité de s’assurer que le produit visé contient moins de 20 parties par million (ppm) de gluten, incluant le gluten issu d’une possible contamination croisée.

Ce seuil est une norme internationale établie sur des bases scientifiques et permettrait de protéger la santé de la majorité des personnes cœliaques. La teneur de 20 ppm comme seuil maximal signifie qu’un maximum de 20 milligrammes (mg) de gluten peut être toléré dans un kilogramme (kg) d’aliment portant la mention SG. À titre d’image, ce seuil représente environ une toute petite miette de pain de blé répartie dans environ 1,5 emballage de pain sans gluten vendu en tranches.

Normalement oui. En cas de doute sur un produit, contacter le fabricant et/ou consulter la section "Plainte au niveau d’un produit".

Selon les besoins nutritionnels individuels, il est possible que dans certains cas particuliers (ex. : athlète), l’on doive vérifier sa consommation de produits (ex. : pâtes, pain, barres de céréales, etc.) portant la mention SG (et donc avec une teneur de moins de 20 ppm de gluten) afin de s’assurer d’une exposition totale au gluten sécuritaire.