Bromont Ultra 2017
Résumé de cette fin de semaine riche en émotions
 
Camp familial sans gluten Le p’tit bonheur

La vérité sort aussi de la bouche des enfants coeliaques: diagnostic et suivi

Fanny, Benjamin, Gabriel et Jade nous parlent de leur diagnostic et du suivi médical
 
La vérité sort aussi de la bouche des enfants coeliaques: attitude positive

Fanny, Benjamin, Gabriel et Jade nous parlent de leur quotidien avec la maladie coeliaque

La vérité sort aussi de la bouche des enfants coeliaques

Confidences de Fanny, Benjamin, Gabriel et Jade sur la maladie coeliaque et la vie sans gluten

Impacts de la maladie coeliaque
​​

Témoignages dans le cadre de Mai, mois de la sensibilisation à la maladie coeliaque - 2016




Dr Idriss Saïah et la maladie coeliaque
Dr Idriss Saïah, immunologiste et chercheur au CHU Sainte-Justine
nous parle de l'importance du diagnostic de la maladie coeliaque

Grand Partenaire - Boulangerie St-Méthode



La Fondation québécoise de la maladie coeliaque est fière de s’associer à la 
Boulangerie St-Méthode pour une quatrième année afin de concrétiser le positionnement
du mois de mai comme celui de la sensibilisation à la maladie coeliaque.
Qui en souffre ?
Dans la population générale, l’engouement pour les régimes sans gluten n’est plus à démontrer.
Le marché des produits adaptés à cette diète dépasse même les autres tendances de type « sans gras »
ou « faible en calories». Cependant, la détection et le diagnostic de la maladie coeliaque
et des autres formes d’intolérances au gluten restent encore peu fréquents, renforçant l’importance
du mois de la sensibilisation à la maladie coeliaque comme initiative de sensibilisation.
 

Vous reconnaissez-vous dans ces symptômes ?

Prenez rendez-vous avec votre médecin et demandez à passer les tests
de dépistage sérologiques. Durant ce processus, il est très important
de maintenir votre consommation de gluten, jusqu’à indication contraire
de votre médecin, afin de ne pas fausser les résultats.
 

QUI A DIT QU'ON DEVAIT SE PRIVER DU PLAISIR DE BIEN MANGER ?

Quelques recettes et produits à la fois gourmands ET sans gluten.
 
Canapés au saumon funé, aneth et fromage à la crèmeSandwich au chèvre, figues au miel et pancetta
 
Présenté par : Boulangerie St-Méthode
Don de 1 $ à la FQMC pour chaque miche sans gluten vendue* (voir note 2)
Fière d'appuyer  / Jamais congelées
 

Outre le fait d’avoir un parent au premier ou second degré atteint de maladie cœliaque (MC), la présence de l’une et/ou l’autre de ces conditions accroît le risque chez l’enfant de développer la maladie cœliaque:

  • syndrome de Down (ou trisomie 21), de Williams ou de Turner;
  • diabète de type 1;
  • carence sélective en IgA;
  • maladies thyroïdiennes auto-immunes;
  • maladie auto-immune du foie.

Le dépistage de la maladie cœliaque chez les enfants à risque est donc recommandé.

Symptômes

Plusieurs symptômes peuvent être observés chez l’enfant cœliaque non traité par le régime sans gluten* :

  • retard de croissance;
  • anémie;
  • faible appétit;
  • atrophie musculaire;
  • léthargie;
  • changements d’humeur et détresse émotionnelle;
  • ballonnement;
  • diarrhée.

*Liste non exhaustive

Diagnostic

Avant que les tests ne soient complétés, l’enfant doit avoir consommé des aliments qui contiennent du gluten pendant une période suffisante (selon les indications du médecin traitant).

À l’instar de l’adulte, le dépistage de la maladie cœliaque inclut un questionnaire médical ainsi que des tests sérologiques permettant la détection et le dosage immunoglobulines A et G (IgA et IgG) spécifiques à la maladie cœliaque.  Comme le dosage des anticorps anti-transglutaminase (anti-tTG) et anti-endomysium (EMA) pourraient être moins fiable pour les enfants de moins de deux ans, la combinaison de tests sanguins permettant la détection des anticorps anti- tTG de type IgA et anti-peptides déamidés de la gliadine (DGP) de type IgG est recommandée. En cas de carence en IgA, des tests basés sur la détection des anticorps de type G (IgG) devraient être utilisés (IgG anti-tTG, EMA ou anti-DGP).

Si la maladie cœliaque est fortement soupçonnée chez l’enfant, une biopsie intestinale est encouragée même si les tests sanguins s’avèrent négatifs; toutefois, la nécessité d’effectuer d’emblée une biopsie chez tous les enfants avec des taux élevés d’anticorps sanguins est actuellement controversée. Chez les enfants symptomatiques avec un taux élevé du test sanguin  accompagné d’un test génétique positif,  la biopsie pourrait être évitée selon les recommandations récentes de la Société Européenne de Gastroentérologie, Hépatologie et Nutrition Pédiatrique (ESPGHAN).

La procédure permettant le diagnostic s’effectue selon les données recueillies et le jugement clinique du médecin traitant.

Une quantité suffisante de gluten doit avoir été consommée durant une période de quelques semaines à quelques mois AVANT que les tests sanguins et les biopsies ne soient complétés, et ce, afin d’éviter des résultats faussement négatifs. Pour plus de détails, consultez votre médecin ou votre nutritionniste.

Symptômes

Les symptômes de la maladie cœliaque s'apparentent souvent à d'autres maladies, notamment à ceux du côlon irritable. Il est donc parfois difficile d'en établir le diagnostic.

Parmi la variété des symptômes courants on y retrouve:

  • diarrhée récurrente,
  • constipation,
  • perte de poids ou embonpoint,
  • douleurs abdominales,
  • ballonnements,
  • flatulences,
  • anémie,
  • fatigue,
  • irritabilité,
  • retard de croissance (chez l'enfant),
  • crampes musculaires,
  • désordres neurologiques inexpliqués,
  • infertilité, fausses couches.
La nature, le nombre et l'intensité des symptômes varient d'une personne à l'autre.

Dépistage

Le dépistage de la maladie cœliaque inclut un questionnaire médical ainsi que des tests sérologiques permettant la détection et le dosage d’anticorps, notamment les anticorps anti-transglutaminases (anti-tTG) de type IgA. Dans le cas d’une déficience des IgA, on recherche des anticorps de type IgG. Une endoscopie (OGD) incluant des biopsies duodénales est requise la plupart du temps et des tests génétiques (HLA) peuvent aussi être pratiqués dans des cas spécifiques.

Le diagnostic sera établi selon le jugement clinique du médecin traitant en fonction des données recueillies. Le diagnostic précoce de la maladie cœliaque peut faire toute la différence dans la qualité de vie d'une personne atteinte. Il est bien connu que les personnes atteintes, mais non diagnostiquées et donc non traitées par le régime sans gluten, sont exposées à un plus grand risque de complications graves à long terme telles que le développement d’autres maladies auto-immunes, les lymphomes (tumeurs malignes), l’infertilité, l’anémie, la malnutrition, l’ostéoporose et les affections neuropsychologiques.

Cette affection neurologique est une autre maladie auto-immune induite par l’ingestion de gluten, bien que moins fréquente que les autres. Le système immunitaire, stimulé par l’ingestion de gluten, produit des anticorps nuisibles au cervelet qui contrôle la coordination des mouvements. La maîtrise de l’équilibre, la marche et la parole, entre autres, en sont donc affectées et les chutes sont fréquentes. Les lésions du cervelet causent des dommages aux neurones qui ne se renouvellent pas comme le font les cellules de l’intestin ou de la peau.  Le diagnostic doit donc être effectué rapidement car le délai de traitement peut engendrer des conséquences invalidantes et irréversibles.

La cause demeure inconnue, mais le rôle potentiel de certains auto-anticorps spécifiques à la transglutaminase tissulaire 6 (ou tTG6 - exprimée dans le cervelet et appartenant à la même famille que la transglutaminase tissulaire 2) a été confirmé.  Des dépôts d’anticorps anti-transglutaminase 2 ont été retrouvés dans l’intestin grêle des personnes atteintes d’ataxie au gluten (AG), sans perte de villosités intestinales tel qu’observé chez les personnes atteintes de la maladie cœliaque.

Une maladie cœliaque non diagnostiquée et non traitée augmente la prédisposition à développer une AG secondaire.

Plus de 50% des personnes atteintes d’AG développent des marqueurs sérologiques et/ou des atteintes intestinales liés à la maladie cœliaque.

Comment est diagnostiquée l’AG?

Un diagnostic précoce est primordial. Les marqueurs fiables pour le diagnostic sont les anticorps anti-gliadine et anti-transglutaminase 6, mais des recherches supplémentaires devront être effectuées pour authentifier leur rôle dans l’apparition des symptômes observés chez les personnes atteintes d’AG. L’AG doit être considérée dans les cas d’ataxie sporadique idiopathique.

Quel est le traitement?

Afin d’éviter les conséquences irréversibles et possiblement invalidantes causées par la destruction des neurones du cervelet,  le suivi rigoureux et à vie du régime sans gluten est crucial et peut empêcher la progression de l’AG. Ce dernier peut aussi permettre l’amélioration des symptômes.

La sensibilité au gluten non cœliaque (SGNC) se manifeste par des symptômes qui apparaissent peu de temps après l’ingestion de gluten et qui disparaissent  suite au retrait du gluten de l’alimentation. Elle se caractérise par des problèmes intestinaux et extra-intestinaux semblables à ceux qui sont observés dans les cas de maladie cœliaque et de syndrome du côlon irritable. La SGNC n’est pas encore bien comprise et il s’agit d’un sujet controversé. Les recherches soulèvent l’implication potentielle de plusieurs mécanismes comme la réaction immunitaire (non auto-immune), une flore intestinale perturbée et une perméabilité intestinale accrue. On estime une prévalence de 3 à 6% de la population (enfants et adultes), mais elle est mal définie en raison de la fréquence d’autodiagnostic  (sans avis médical).

Quelques symptômes cliniques fréquents *

  • Douleurs abdominales, ballonnement
  • Douleurs articulaires
  • Diarrhée ou constipation
  • Eczéma et/ou éruptions cutanées
  • Fatigue
  • Esprit brumeux
  • Maux de tête
  • Anémie
  • Dépression 

Chez les enfants, la SGNC se manifeste principalement par des symptômes gastro-intestinaux et la fatigue générale.

Comment est diagnostiquée la SGNC?

La SGNC est diagnostiquée par exclusion de l’existence de la maladie cœliaque et de l’allergie au blé. Pour ce faire, des tests biologiques, des biopsies intestinales et un challenge au gluten sont nécessaires. À ce jour, aucun biomarqueur spécifique à la SGNC n’a été identifié.  Il est important d’obtenir un diagnostic médical, puisque les symptômes pourraient être le signe d’autres maladies et un traitement inadéquat pourrait contribuer au développement des maladies subséquentes.

Le gluten est-il le seul responsable?

Certaines protéines du blé (les inhibiteurs de l’alpha-amylase et la trypsine) et certains sucres faiblement absorbés et fermentescibles* par les bactéries intestinales ont été identifiés comme autres déclencheurs impliqués dans la SGNC. Les symptômes de la SGNC seraient provoqués par l’ingestion de gluten pour certaines personnes atteintes, tandis que pour d’autres, une combinaison d’autres déclencheurs avec le gluten serait nécessaire.

*Le terme FODMAP est utilisé pour nommer ces sucres qui sont les oligo-, di-, mono-saccharides et les polyols. On y retrouve les fructanes, galactanes, le fructose, le lactose, le sorbitol, mannitol, maltitol et xylitol présents dans plusieurs aliments notamment le blé, certains fruits et légumes, les légumineuses, le miel, les produits dérivés du lait, les bonbons sans sucre et les gommes à mâcher.

La dermatite herpétiforme (DH) est la manifestation cutanée de la maladie cœliaque et peut précéder de plusieurs années l’apparition de l’atteinte intestinale. Elle est causée par l’ingestion de gluten et non par le contact du gluten avec la peau. Une sensation de brûlure et des démangeaisons intenses, des papules (boutons rouges) et des petites lésions vésiculaires (cloches d’eau)  se manifestent généralement à la peau des coudes, des genoux, de  la nuque, du cuir chevelu, du haut du dos et des fesses, de façon habituellement symétrique. La lisière des cheveux et le visage peuvent aussi être touchés. Tout comme la maladie cœliaque, il s’agit d’une condition permanente.

Quel est le lien avec la maladie cœliaque?

L’apparition de la DH chez certains individus demeure inexpliquée, mais l’importance des facteurs génétiques serait reconnue, comme c’est le cas pour la maladie cœliaque. Environ 15% des personnes atteintes de DH ont des membres de leur famille aussi atteints de cette maladie ou de la maladie cœliaque.

La grande majorité des personnes souffrant de DH n'ont aucun symptôme digestif, ni de marqueurs sériques de la maladie. Par contre, 75 à 90 % de ces individus présentent des anomalies lors des biopsies de l'intestin grêle, anomalies similaires à celles détectées chez les personnes atteintes de la maladie cœliaque. Les études révèlent que toutes les personnes atteintes de DH ont ou auront au cours de leur vie la maladie cœliaque.

Comment est diagnostiquée la DH?

Une biopsie de la peau et un test d’immunofluorescence directe (IFD) confirmeront la présence de DH. Il s’agit d’une intervention mineure pratiquée par un dermatologue.

Quel est le traitement?

Le régime sans gluten strict et à vie est le traitement de la DH, tout comme celui de la maladie cœliaque. Il permettra de guérir les manifestations cutanées et évitera la survenue éventuelle de l’atteinte intestinale. Comme la résolution des symptômes peut prendre de quelques mois à quelques années, des médicaments sont utilisés pour soulager plus rapidement les démangeaisons et la sensation de brûlure. Ces médicaments contrôlent les symptômes cutanés mais n'ont aucun impact sur les dommages intestinaux. Seul le régime sans gluten permet la disparition  des lésions intestinales, améliore la condition cutanée, permet de  réduire graduellement et même d'éliminer l'usage des médicaments. Une personne qui n’adhère pas au régime sans gluten peut voir l’efficacité des médicaments diminuer avec le temps.

Description

La maladie cœliaque est une affection permanente et systémique qui fait partie des maladies auto-immunes complexes, polygéniques et multifactorielles.  Elle est déclenchée par l’ingestion de gluten contenu dans plusieurs céréales telles que le seigle, l’avoine contaminée par le gluten, le blé, l’orge et le triticale, entraînant une destruction d’origine inflammatoire, à divers degrés, du petit intestin. L’absorption de nombreux nutriments comme le fer, le calcium et l'acide folique, est alors compromise.

Cette maladie est maintenant considérée comme le désordre génétique le plus fréquent en Europe et en Amérique du Nord.

Dans quelle mesure la maladie cœliaque est-elle courante ?

Avec une prévalence de 1%, on estime qu’environ 360 000 Canadiens en sont atteints, dont plus de 82 000 Québécois. Et, selon certaines études, 9 personnes sur 10 qui en sont atteintes l’ignoreraient.

La maladie cœliaque touche les personnes de tous âges, les enfants comme les adultes. Environ 20 %-30% des personnes qui souffrent de la maladie cœliaque ont, dans leur parenté, d'autres personnes ayant la même maladie. Par ailleurs, la maladie cœliaque est plus fréquente chez les patients atteints de diabète de type I, de maladies thyroïdiennes auto-immunes, d’arthrite rhumatoïde juvénile ainsi que les  maladies auto-immunes du foie. Le régime sans gluten réduit les risques, pour les personnes atteintes de la maladie cœliaque, de développer d’autres maladies auto-immunes. À la puberté et durant l'adolescence, les symptômes peuvent s’atténuer ou disparaître, mais la maladie n'est pas guérie pour autant et il faut continuer à éviter le gluten.

Les causes

Les causes de la maladie cœliaque ne sont pas encore complètement élucidées. Un dérèglement du système immunitaire associé à une prédisposition génétique semble en favoriser l'apparition. L’exposition de l’intestin au gluten, reconnu comme le principal facteur déclencheur, enclenche un processus immunitaire qui endommage la muqueuse intestinale entraînant ainsi la malabsorption des nutriments. Selon l’état des recherches actuelles, presque toutes les personnes atteintes de la maladie cœliaque possèdent les gènes HLA de type DQ2 ou DQ8, mais d’autres gènes seraient également impliqués.

Sous-catégories