Afin de permettre à l’industrie d’innover et d’offrir un plus grand choix aux consommateurs, le gouvernement du Canada a proposé en juin dernier des modifications aux normes de composition de la bière, de l’ale, du stout, du porter et de la liqueur de malt. Ces modifications permettraient ainsi à l’industrie d’utiliser une plus grande variété d’ingrédients ( par exemple les préparations visant à modifier ou à accentuer le goût ou l’odeur d’un produit ), qui ne sont actuellement pas autorisés à cause des normes de composition établies pour les types de produits visés.

Une consultation publique de 90 jours par l’Agence canadienne d’inspection des aliments ( ACIA ) offre la possibilité aux consommateurs et au grand public, mais aussi aux brasseurs, aux associations de santé et aux distributeurs et détaillants, de partager leurs commentaires à l’égard de la modernisation de la réglementation proposée. Pour commenter et/ou appuyer la proposition, tous ont jusqu’au 14 septembre 2018 pour se manifester. Après l’entrée en vigueur de ces modifications, si elles sont acceptées, une période de transition de 2 ans serait proposée aux brasseurs afin d’appliquer le Règlement sur les aliments et drogues.

État actuel et modifications suggérées pour protéger la santé des Canadiens

Plusieurs changements ont été proposés, et l’un d’eux concerne les allergènes, le gluten et les sulfites ajoutés.

Alors que les exigences d’étiquetage des allergènes, des sources de gluten et des sulfites doivent être respectées pour la majorité des aliments préemballés, les produits visés par cette consultation en sont actuellement exemptés. Une modification au règlement sur les aliments et drogues est toutefois prévue afin de supprimer cette exemption. Ainsi, si la proposition est adoptée, les allergènes, les sources de gluten et les sulfites ajoutés devront être déclarés dans la liste des ingrédients ou dans une déclaration sous le format « Contient : ( source de gluten ) » ( par exemple, « Contient : orge, blé ou seigle » ) des produits visés. Même si les brasseurs de bières dites « normalisées »* ne sont pas dans l’obligation d’afficher une liste des ingrédients, la présence d’allergènes, de sources de gluten et / ou de sulfites ajoutés, devra être tout de même déclarée sur l’étiquette.

Aucune spécification n’a toutefois été émise concernant les mises en garde relatives à la présence possible d’allergènes dans les produits visés. Ces mises en garde sont actuellement faites par les fabricants et importateurs d'aliments préemballés sur une base volontaire et sont jugées appropriées lorsque la présence d’allergènes dans un produit est inévitable malgré la prise de mesures raisonnables pour éviter la situation. Aucune spécification supplémentaire n’a non plus été apportée concernant les bières à base de céréales sans gluten, ni celles dites « dégluténisées » ( ou à teneur réduite en gluten ).
 
*La bière « doit être le produit de la fermentation alcoolique, au moyen de levure, d’une infusion de malt d’orge ou de malt de blé et de houblon ou d’extrait de houblon dans l’eau potable et être brassée de manière à avoir l’arôme, le goût et les caractéristiques communément attribués à la bière » ( référence : RAD B.02.130 [N] ). Des noms usuels obligatoires et qualificatifs décrivent aussi actuellement différents produits de bière selon leur teneur en alcool.
 
Par Marie-Ève Deschênes, Dt.P., nutritionniste FQMC
Paru dans le magazine Info Coeliaque - Vol 35 N° 2 Automne 2018


Références :
  • ACIA – Allégations «sans allergènes», «sans gluten» et mise en garde sur la contamination croisée– Bière sans gluten – 11 mai 2018
  • ACIA – Allégations «sans gluten»– Bière sans gluten – 11 mai 2018
  • Case S. Gluten Free – The Definitive Resource Guide. 2016